Rechercher
  • Michel-Marie Barakat

Union

" Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus " (Lc 1, 30-31)

C’est une rupture profonde avec notre manière de concevoir la conception !

La génération par la chair cède la place à la génération par l’Esprit.

Attention cependant, l’Esprit ne génère une pas entité spirituelle mais bien une charnelle.

C’est toute la difficulté et la grandeur de cette fête.

C’est ce passage de l’esprit à la matière, de l’abstrait au concret, de l’invisible au visible qui change l’Histoire.

Les sauts qualitatifs les plus importants dans l’évolution de l’Homme ont toujours été signés par ce genre de passages : le don de la Parole, un passage de l’idée au son, le don de l’Écriture, un passage de la conception au dessin.

Beaucoup a été dit pour comprendre la particularité de l’Homme par rapport aux autres créatures, mais une chose n’a pas été beaucoup dite. L’Homme est la seule créature qui peut transformer le spirituel en matériel. Cette faveur ne le distingue pas seulement des créatures inférieures à lui, mais aussi de celles supérieures : les anges mêmes n’ont pas cette prérogative.

C’est l’Homme qui est le chainon qui permet la jonction entre le spirituel et le matériel.

Il y a cependant quelque chose de nouveau, de radicalement nouveau dans l’évènement de la conception du Christ. Il ne s’agit pas seulement d’un passage du spirituel au matériel, comme dans la Parole ou l’Ecriture, mais d’une union du divin et de l’humain.

La Parole sacrée qui a créé l’Homme, l’Ecriture sacrée qui l’a longuement façonné, devaient préparer la venue de l’Être sacré, le Fils du Très-Haut.

La création de l’Homme ancien permettait déjà le passage du spirituel au matériel, la naissance de l’Homme nouveau uni éternellement le divin et l’humain.

L’union de ces deux natures est indestructible.

Ni la Croix ne pourra les séparer : quand mourra l’Homme, c’est Dieu qui meurt.

Ni la Résurrection ne pourra les désunir : quand ressuscite le Dieu, c’est l’Homme qui ressuscite.

Ni l’Ascension ne pourra les disloquer : quand monte Dieu, c’est l’Homme qui est élevé aux plus hauts des Cieux.

Si alors on ne peut séparer ce que Dieu a uni, alors c’est qu’il s’agit bien d’une sponsalité : oui celle de l’Esprit avec Marie, mais plus profondément celle de la nature divine et de la nature humaine en Jésus-Christ.

L’union hypostatique est bien une union sponsale de deux natures en une seule personne qui prépare l’union sponsale de deux personnes en un seul corps dans l’Eucharistie.

L’Annonciation n’est donc pas seulement une fête mariale, ni même une fête christique, mais bien les noces du Divin et de l’Humain. C’est ce moment précis pour ceux qui sont soumis à l’Histoire qui marque le début de leur entrée dans l’Éternité.

Il est difficile de trouver moment plus crucial pour notre race, le moment où tout a basculé pour nous : nous nous contentions d’une vie sur terre sereine et nous découvrons que nous sommes faits pour être des dieux. Nous souhaitions une mort paisible et nous découvrons que nous sommes des invincibles.

S’il aurait suffi que Marie dise non pour saper tout cela, combien alors nous devons lui dire Merci !


2 vues0 commentaire

©2019 by Abouna. Proudly created with Wix.com