Rechercher
  • Michel-Marie Barakat

Un pain qui tombe du ciel!

Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde (Jn 6,33)

Nous, nous connaissons bien un pain qui monte de la terre, un pain extrait à force de labeur et de fatigue. C'est à force de peine que nous tirons notre subsistance tous les jours de notre vie et à la sueur de notre front que nous mangeons ce pain de la terre (cf. Gn 3, 17-19)

Alors nous nous courbons pour extraire ce pain, nous guettons anxieusement la terre pour scruter le temps où le germe poussera, où l'épis croîtra, où il donnera son fruit pour la moisson.

Nous portons alors les gerbes, fiers de l'œuvre accomplis par nos mains, quelques-uns jetant un regard furtif au ciel, remerciant la clémence divine de n'avoir pas mis d'obstacle à cette œuvre humaine.

Cette dynamique nous l'avons répétée tellement de fois, nos ancêtres ont tellement insisté pour que nous l'apprenions, nos maîtres et enseignants n'ont eu de cesse de nous la répéter, qu'il n'y a rien qui sonne plus faux à nos oreilles qu'un pain qui tombe du ciel !

Nous avons fait de nos mains des ouvrières infatigables, toujours à l'œuvre, obsédées par la production, malades de l'accumulation, anxieuses du repos, tourmentées par l'indigence.

Et nous avons oublié que nos mains sont faites avant tout pour prier, pour demander, pour quêter le pain dont le Père sait que nous en avons besoin.

Des mains créées aussi pour être ouvertes, tendues, priant pour recevoir gratuitement le pain qui descend du ciel et qui donne la vie au monde.

Oui c'est seulement le pain qui descendu du ciel qui donne la vie au monde, justement car il est reçu et non produit. C'est uniquement ce pain du ciel qui nous rend égaux, pareils, tous nécessiteux.

Plus personne ne peut se glorifier de l'œuvre de ses mains devant ce pain, plus personne ne peut accumuler ce pain. Plus de riches, plus de pauvres, plus de mérites, plus d'orgueil, plus de culpabilité… un pain céleste, qui fait pleuvoir sur la terre quelque chose de l'harmonie parfaite du ciel.

Un pain qui nous converti. Le seul vrai trésor, impossible à trouver, impossible à thésauriser. Un pain qui bouleverse notre logique, qui nous fait vivre sur terre quelque chose du Royaume des cieux, qui nous fait gouter quelque chose du paradis originel, où tout était donné, où notre unique œuvre était de remercier, de glorifier, de louer.

Qui que ce pain tombe du ciel, pour que nous cessons de fixer la terre!


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2019 by Abouna. Proudly created with Wix.com