Rechercher
  • Michel-Marie Barakat

Les malades et le médecin

Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin (Lc 5,31)

Voilà qui peut nous éclairer sur le grand nombre de malades dans notre société.


D’un côté nous avons ceux qui se savent malades mais ne connaissent pas le médecin.

Et de l’autre, ceux qui connaissent le médecin mais ne savent pas qu’ils sont malades.


Les premiers ne supportent plus l’enseignement de la saine doctrine ; et, au gré de leurs caprices, ils vont se chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau (cf 2Tm 4,3).

Les seconds se gargarisent de leur bonne conduite. Debout, ils prient ainsi en eux-mêmes : « O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus » (cf Lc 18,11)


Les premiers refusent le médecin, les seconds refusent la maladie.

Les premiers ignorant tout sur La Vérité, les seconds ignorants tout sur leur propre vérité.

Les premiers orgueilleux qu’ils savent mieux que les autres, les seconds orgueilleux qu’ils sont meilleurs que les autres.




Mais pour guérir il ne suffit pas de connaitre le médecin, il ne suffit pas de bien diagnostiquer la maladie. Il faut les deux en même temps.

Il faut l’intelligence pour comprendre et l’humilité pour avouer.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout